Zum Hauptinhalt springen Zur Suche springen

Les voies romaines – la révolution de la mobilité

C’est grâce la création de ces voies de circulation que les romains pouvaient assurer la cohésion et la gestion administrative d’un territoire aussi vaste. A l’origine, elles devaient servir pour des raisons militaires et administratives, les « viae publicae » reliaient les installations militaires, villes et villages. Mais très rapidement les commerçants ont bénéficié de ces routes de circulation, faisant de ces voies des endroits très animés. L’image que l’on peut se représenter sera très colorée : entre les unités militaires, les colonnes de commerçants transportant leurs marchandises sur leurs chariots tractés par des bœufs ou mules pour se rendre aux marchés, des citoyens aisés qui se déplaçaient dans des diligences plus confortables ou des fonctionnaires de l’administration, avec des attelages plus légers. Et au milieu de tout cela : des foules de personnes qui se déplaçaient à pied pour atteindre leur destination.

Le long des voies romaines : Restaurants, villages et bureaux de douane

Tout au long des voies romaines, l’activité devenait débordante avec des restaurants, parfois équipés de bains publics : un standard pour les voyageurs romains. S’y rajoutent des étables où on pouvait disposer de chevaux frais ou d’autres animaux de trait, qui rendaient service aux nombreux voyageurs. Des douanes ou postes de contrôle étaient installés à des distances régulières.  Un système de balisage avec des  bornes kilométriques indiquaient les distances par rapport aux villes les plus proches. Et des zones urbanisées se développaient près des carrefours ou ponts fluviaux au fil des temps.

Construction des voies romaines : Un chef d’œuvre de planification et réalisation

Une combinaison entre savoir-faire des ingénieurs et la capacité d’organisation romaine : Une nouvelle mobilité révolutionnaire fut créée avec des voies régulières et droites, des ponts et tunnels imposants et l’entretien efficace des routes. Tant que possibles, les routes étaient droites. Même dans des paysages vallonnés ou montagneux la construction de ponts et tunnels aidait à maintenir ce concept. C’était uniquement dans des cas où des montées étaient trop importantes, des virages en serpentines furent créés. Une route typique était construite en rangements verticaux de pierraille, positionnés sur un mélange de sable et de gravier allant jusqu’à 20 cm, puis couverte d’une épaisseur d’usure de 5 cm.

Grâce aux voies romaines : Un commerce florissant

Du vin italien, de l’huile espagnole ou des biens de luxe comme l’ambre, l’or ou l’ivoire : le commerce allait bon train sur les voies romaines, et même des régions plus distantes pouvaient dorénavant être prospectées. En plus des routes terrestres, les voies navigables jouaient un rôle non négligeable : une bonne partie des biens fut transportés sur l’eau.